image (1)

En 2013, j'ai été très très amoureuse.

En 2013, j'ai réalisé trois voyages de rêve avec des personnes qui comptent énormément pour moi: Stockholm avec Moka, l'Ecosse avec Myriam et New-York avec Charlotte.

En 2013, Louis m'a fait pleurer deux fois (vous savez, ces gens qui vous envoient des messages gentils quand ça ne va pas fort et qui vous émeuvent encore plus...).

En 2013, j'ai écrit trois lettres d'amour. J'en ai envoyé une.

En 2013, j'ai mis des robes, des jupes, des talons, mon pantalon magique et mon manteau de pétasse.

En 2013, j'ai écouté Alex Beaupain.

En 2013, j'ai parlé à Alex Beaupain.

En 2013, j'ai eu les cheveux longs puis un carré flou.

En 2013, j'ai parlé amour avec Vanessa à l'exposition Jacques Demy.

En 2013, j'ai rencontré plein de filles super grâce au blog: Betsy, Cuissette, Laure, Sandrine, Jedi, Delph, Cécile... et j'ai échangé des mails doux et bienveillants par écrans interposés. Merci à vous d'être là.

En 2013, j'ai perdu le goût de la lecture.

En 2013, j'ai couru. Mes collègues m'ont surnommée "la sportive" (et là, ceux qui me connaissent depuis longtemps explosent de rire). Moi-même, je ne comprends pas.

En 2013, je me suis fait inspecter pour la première fois. Ca, c'est fait.

En 2013, j'ai lu Les Misérables. Ca aussi, c'est fait. (C'était un challenge. Quoi t'es prof de français et tu n'as pas lu Les Misérables? Non mais ***** quoi)

En 2013, j'ai perdu 13 kilos.

En 2013, je n'ai pas acheté de sac à main (je suis une femme différente, je vous dis). Mais j'ai acheté des robes. Et des chaussures. Et des bijoux.

En 2013, j'ai changé de carte grise et je me suis inscrite sur les listes électorales. Avec 1 an et demi de retard.

En 2013, j'ai pris du recul sur plein de choses. Forcément, rien n'est important excepté lui. Croyez-le ou non, ça m'a fait du bien et ça m'a permis de mieux apprécier certains moments, de retrouver une forme de spontanéité... (avant j'étais control freak, mais ça c'était avant)

En 2013, j'ai pris goût au champagne.

En 2013, j'étais un peu moins présente sur la blogo. Peur d'en dire trop. Ou pas assez.

En 2013, mon coeur a battu la chamade et j'ai bien cru plusieurs fois qu'il allait s'arrêter.

En 2013, Babeth répondait toujours présente quand j'avais envie d'un thé ou de réconfort ou les deux.

En 2013, j'ai été égoïste.

En 2013, sur les marches d'un château, il m'a dit: "on se projette, hein?".

En 2013, j'ai noirci 6 petits carnets.

En 2013, j'ai beaucoup usé des anaphores.