Il y a deux camps: ceux (et surtout celles) qui adorent Vincent Delerm et ceux qu'il agace. Je me situe dans le premier. Même si je ne suis plus une fan de la première heure (parce qu'à l'époque j'étais profondément amoureuse!), j'achète tous ses albums et j'assiste à ses spectacles. La découverte de Delerm a correspondu à ma propre découverte. Je m'explique. Il y a une période dans l'adolescence où on se cherche un peu, notamment dans ses goûts culturels. Quand j'ai entendu "Fanny Ardant et moi", je me suis dit: "Ca c'est moi!". Ca correspondait à la culture cinématographique que j'étais en train de me construire (la Nouvelle vague) et la découverte de la Nouvelle scène française, comme on l'appelait.

Les années ont passé mais en assistant à Memory hier soir, je me suis aussitôt retrouvée dans une ambiance familière. Des références cinématographiques, un décor de bric et de broc tellement charmant, un humour pince sans rire, de la mélancolie, du piano... Je me sentais tellement bien que je n'aurais pas voulu quitter la salle!

Et même si ça peut faire cliché d'être prof de lettres et d'aimer Vincent Delerm, j'ai choisi mon camp depuis longtemps. Et vous?